Au cœur du Musée des civilisations noires

Inauguré officiellement le 06 décembre 2018 par le président de la République du Sénégal, Macky Sall, le tout-nouveau Musée des civilisations noires a ouvert ses portes au grand public mercredi 02 janvier 2019. L’objectif est de permettre au public de prendre connaissance de ce qui se fait en bien en termes de protection de la mémoire collective africaine. La visite a débuté mercredi sous la houlette du ministre de la Culture, Abdoulatif Coulibaly.
L’Afrique, berceau de l’humanité L’Afrique est un continent doté d’une fabuleuse richesse patrimoniale et de la plus longue histoire humaine. Terre d’histoire, de culture et d’art, l’Afrique, par ses ressources inexploitées et préservées, détient l’avenir de l’humanité à laquelle elle a donné naissance. Il est maintenant admis par tous que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Les fossiles d’hominidés et les témoins archéologiques foisonnent sur tout le continent contribuant ainsi au développement de la connaissance sur nos origines. Mais pour en arriver à cette évidence, il a fallu des décennies d’efforts de scientifiques d’Afrique et d’ailleurs pour exhumer du paysage lunaire de la Rift Valley et des profondeurs du désert tchadien les restes fossilisés de nos lointains ancêtres. Toumai et Dinknesh (Lucy) qui sont aujourd’hui reconnus comme les précurseurs du genre humain sont les témoins de la marche inexorable du genre humain vers plus d’humanité, plus de technicité et surtout plus d’ambition. Cette odyssée exceptionnelle est un chapelet de défis toujours plus grands mais toujours relevés.
Résumant cette incroyable ténacité, Léopold Sédar Senghor a déclaré dans son discours d’ouverture du VIème Congrès Panafricain de Préhistoire en décembre 1967 : « L’Homo Sapiens dépasse, de toute sa liberté, les déterminations de son milieu ».
Ce que l’on ne dit pas souvent par contre, c’est que l’horizon de cet Africain n’a jamais été sa seule Afrique, mais la planète toute entière. C’était un combattant et c’est de l’Afrique que sont partis, suivant des itinéraires complexes, tous les rameaux de peuplement qui ont colonisé la terre. En ce sens, nos différences factuelles ne sont, comparés à cette extraordinaire pérégrination du genre humain, que des épiphénomènes. La leçon d’histoire qu’il faudrait enseigner dans toutes écoles est que, du strict point de vue scientifique, nous sommes tous d’origine africaine sur cette planète où tous les africains doivent se sentir partout chez eux.
Le début des mathématiques en Afrique «Quant à la tradition mathématique en Afrique noire, elle s’est perpétuée dans la grande vallée du Nil et pour l’essentiel en Egypte ancienne. Elle s’est poursuivie dans la vallée du Niger surtout à Tombouctou sous l’empire du Mali puis l’empire Songhay, ensuite dans les puissants Etats du nord du Nigéria avec de grandes figures comme le mathématicien et astronome (mais aussi astrologue et mystique) Muhammad Ibn Muhammad al Fulani al-Kishnawi, peul originaire de l’Etat de Katsina et dont le maitre fut Muhammad Alwali de Bagirmi. Muhammad Ibn Muhammad fut lui-même professeur de mathématique au Caire en Egypte où il vécut, de retour d’un pèlerinage à la Mecque pendant quatorze ans et mourut en 1741. C’est le premier mathématicien à exploiter la notion de groupe dans le cadre d’une étude sur les carrés magique publiée en 1732, un siècle avant Evariste Galois qui en rédigea la théorie publiée en 1832». JP Mbelek, revue Ankh N° 16. Source : Musée des civilisations noires.
Médecine L’Afrique possède une très riche pharmacopée, fruit d’une expérience multi-millénaire. Un exemple en est fourni par une étude parue dans American Journal of Physical Anthropology (septembre 2010) montre qu’il y a 2 000 ans, les Nubiens consommaient de la bière qui contenait un antibiotique, la tétracycline en dose importante. Les quantités relevées indiquent que cette consommation se faisait en connaissance de cause, c’est-à-dire que les Nubiens de cette époque savaient comment combattre les infections. La pénicilline ne fut découverte qu’en 1928 par Alexandre Fleming. Le savant Imhotep (vers 2780 avant notre ère) est le premier médecin connu de l’humanité. MCN
Le Musée des civilisations noires et un don de la République Populaire de Chine. Il est érigé sur un terrain de 22 000 m2 avec une surface bâtie totale de 14 665 m2. Il dispose d’espaces réservés aux expositions et aux cérémonies ainsi que d’une salle de projection digitale, de dépôts de collecte ainsi que des bureaux administratifs et de locaux techniques. L’immeuble principal repose sur une structure de quatre étages de 23.1 m. Les travaux de construction dudit musée ont démarrage en décembre 2013 et se sont achevés en décembre 2015. Le Musée des civilisations noires a été inauguré le 06 décembre 2018 par le président de la République du Sénégal, Macky Sall.

Commentaires